Revenir au site

 

 

De la part de Dieu, de la part du Père

 

 

 

 

Combien sont nombreux, et merveilleux, et grands, les dons que nous recevons de la part du Père.

Le don du Fils

Le premier et le plus important de tous : « c'est le fils unique de la part du Père » (Jean 1, 14). Voilà le don fondamental de Dieu à cette humanité coupable, humanité qu'Il aime cependant et qu'il veut sauver.

« Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle » (Jean 3, 16). Oui Dieu nous aime, Dieu vous aime. Ne soyons pas de ceux qui disent : « en quoi nous as-tu aimés ? » (Malachie 1, 2). Si nous voulons connaître où l'amour de Dieu pour nous a été manifesté, regardons à la croix. Là, nous voyons cet homme pendu au bois, c'est le Saint Fils de Dieu. Il porte ton péché et le mien, il en subit le juste et terrible jugement, celui de la colère de Dieu contre le péché ; tout cela pour nous, car Dieu veut faire de nous ses enfants bien-aimés. Il désire que nous jouissions de la plénitude de son amour, dès maintenant, et pour l'éternité.

Regardons-Le à Gethsémané : « dans l'angoisse du combat, il (Jésus) priait plus instamment ; et sa sueur devint comme des grumeaux de sang découlant sur la terre » (Luc 22, 44). « Il commença à être attristé et fort angoissé. Alors il leur dit : Mon âme est saisie de tristesse jusqu'à la mort » (Matthieu 26, 37-38). Après Gethsémané, il y eut la croix, où il fut seul buvant la coupe amère sans qu'un cœur vienne répondre à son cri douloureux. « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? ». Tout cela, c'était pour toi, pour moi, et pour tous ceux qui sont au loin « en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera » (Actes 2, 40).

Le don du Saint Esprit

Après sa résurrection, Jésus allait bientôt retourner au Père mais Il ne laisserait pas ses disciples orphelins, il leur enverrait un autre Consolateur « de la part du Père » (Jean 15, 26, note), l'Onction, laquelle nous est donnée « de la part du Saint » (1 Jean 2, 20), une huile précieuse (Psaumes 133, 2).

Faveur, sagesse, grâce et paix données de la part de Dieu

Après l'œuvre de la croix nous pouvons dire, comme le prophète Esdras, « maintenant … nous est arrivé une faveur de la part de L'Eternel notre Dieu » (Esdras 9, 8). Nous avons trouvé par la foi « accès à cette faveur dans laquelle nous sommes » (Romains 5, 2).

Avons-nous besoin, dans notre marche de la foi et dans nos assemblées, de grâce et de paix ? Elle nous est donnée « de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ » (Romains 1, 7).

Nous recevons ainsi « grâce et paix de la part de celui qui est, et qui était, et qui vient, et de la part des sept Esprits qui sont devant son trône, et de la part de Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre » (Apocalypse 1, 4-5).

Dans notre vie chrétienne, il nous arrive souvent de manquer de sagesse. Où la trouver ? Le Christ Jésus nous a été fait sagesse de la part de Dieu, et justice, et sainteté, et rédemption » (1 Corinthiens 1, 30).

Une maison éternelle

Un jour, nous les croyants, nous laisserons « notre maison terrestre qui n'est qu'une tente, mais nous avons un édifice de la part de Dieu, une maison qui n'est pas faite de main, éternelle dans les cieux » (2 Corinthiens 5, 1).

     

Nous te rendons grâce, notre Dieu notre Père, pour tous les dons de ton amour, mais surtout pour le don par excellence, celui de la personne du Seigneur Jésus-Christ, notre Sauveur, en qui « nous avons tout pleinement » (Colossiens 2, 10).

Pour être informé de la parution des nouveaux messages,

veuillez laisser ci-dessous votre adresse e-mail

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK