Return to site

 

 

Faire

 

 

 

 

Vik, Islande

Il y a, dans l'Ecriture, ce que Dieu fait et ce que nous devons faire nous-mêmes.

Notre Dieu a fait ce que nous ne pouvions pas faire, ce que lui seul pouvait et se devait de faire. Nous pensons premièrement à l'œuvre de notre salut : il était impossible à l'homme d'accéder au salut par ses propres œuvres, fussent-elles les meilleures (Esaïe 64, 6). L'Ecriture l'affirme : « Un homme ne pourra en aucune manière racheter son frère, ni donner à Dieu sa rançon (car précieux est le rachat de son âme, et il faut qu'il y renonce à jamais) » (Psaumes 49, 7-8). Oui, précieux est le rachat de nos âmes. Il a fallu pour ce rachat que le Christ sur la croix « donna sa vie en rançon pour plusieurs » (Matthieu 20, 28) et versa son précieux sang, « le sang de Jésus Christ qui purifie de tout péché » (1 Jean 1, 7). L'homme n'est pour rien dans cette offrande : « l'offrande du corps de Jésus Christ faite une fois pour toutes » (Hébreux 10, 10). Elle est un pur don de la grâce et de l'amour de Dieu, qui « a tant aimé le monde, qu'Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle » (Jean 3, 16). Voilà ce que Dieu a fait pour notre salut. Il était, nous le répétons, le seul à pouvoir racheter : « Je les rachèterai de la mort » (Osée 13, 14).

Pour notre salut, la seule oeuvre que nous ayons donc à faire est de croire ce que Dieu a fait pour nous, comme nous le lisons dans Jean 6, 28-29 : « Que ferons-nous pour faire les œuvres de Dieu ? Jésus répondit et leur dit : C'est ici l'œuvre de Dieu, que vous croyiez en celui qu'il a envoyé ». La foi s'empare de la promesse de Dieu : « celui qui croit en moi (Jésus) a la vie éternelle » (Jean 6, 47).

Mais dans notre marche comme chrétiens, la même foi en Dieu nous conduira jour après jour à faire ce qu'Il nous demande et ainsi à « travailler à notre propre salut » (Philippiens 2, 12).

Par exemple, dans l’Épître au Romains, il est nous est dit, à nous qui croyons au Christ mort et ressuscité, qu'en Lui « nous sommes morts au péché », que « notre vieil homme a été crucifié avec lui », que « celui qui est mort est justifié (délivré) du péché » (Romains 6, 2;6). Le croyons-nous ? Si la Parole l'affirme, c'est que cela est vrai. Notre foi se saisit avec bonheur de cette vérité, pour ensuite marcher d'une manière qui soit conforme à cette vérité, comme le montre la suite du passage où nous sommes exhortés à nous tenir pour morts au péché : « De même vous aussi, tenez-vous vous-mêmes pour morts au péché, mais pour vivants à Dieu dans le Christ Jésus ». Dieu ne le fera pas à notre place, bien que l'Esprit Saint nous viendra en aide. De même, au sujet de nos membres, nous sommes exhortés : « ne livrez pas vos membres au péché ... mais livrez-vous vous-mêmes à Dieu ... » (Romains 6, 13). Livrez-vous vous-mêmes ; Dieu attend de notre part cet acte de foi et d'obéissance, Il ne le fera pas à notre place.

Dans l’Épître aux Corinthiens, d'autres injonctions pratiques nous sont adressées : « purifions-nous nous-mêmes de toute souillure de chair et d'esprit, achevant la sainteté dans la crainte de Dieu » (2 Corinthiens 7, 1) ou encore : « ne vous mettez pas sous un joug mal assorti avec les incrédules » (2 Corinthiens 6, 14-18). C'est à nous de nous purifier, de ne « pas toucher à ce qui est impur ». Là aussi notre responsabilité est engagée, mais quelle joie devant cette promesse : « je vous recevrai et je vous serai pour père et vous, vous me serez pour fils et pour filles, dit le Seigneur le Tout-puissant » (2 Corinthiens 6, 17-18).

Encore une exhortation. Lorsque nous nous réunissons ensemble pour annoncer la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'Il vienne, nous sommes appelés à nous juger nous-mêmes pour ne pas prendre le repas du Seigneur indignement (voir 1 Corinthiens 11, 26-31). C'est à nous de nous juger nous-mêmes. Si nous ne le faisons pas, le Seigneur devra le faire par des jugements. Paul exhorte encore les Corinthiens en leur disant : « examinez-vous vous-mêmes ... éprouvez-vous vous-mêmes. »

Oui, il y a un très grand nombre d'exhortations de la Bible que nous devons mettre en pratique, sans attendre une révélation spéciale de Dieu ; nous devons seulement obéir à l'Ecriture.

N'attendons pas que Dieu fasse ce qu'il nous demande de faire. Ne soyons pas des auditeurs oublieux mais des « faiseurs d'œuvre » (Jacques 1, 25). Toutefois, souvenons-nous que « c'est Dieu qui opère en nous et le vouloir et le faire » (Philippiens 2, 13). Nous serons ainsi gardés dans sa dépendance, humbles et reconnaissants envers Lui.

Votre frère en Christ.

Pour être informé de la parution des nouveaux messages,
vous pouvez laisser ci-dessous votre adresse e-mail