Dans la littérature chrétienne de nos jours, on ne peut que constater que les sujets qui y sont traités sont souvent : Comment recevoir de la puissance ? Comment être revêtu de la puissance du Saint Esprit ? Comment recevoir le don de faire des miracles ? Et encore, le don de pouvoir parler en « langues ». Mais il est très peu parlé de l'humilité dont l'apôtre Paul pourtant nous dit « que nous devons en être revêtus » (Colossiens 3, 12).

Le Christ lui-même nous enseigne : « Apprenez de moi ». Quoi ? Comment avoir la puissance ? L'art de prêcher ? De faire des miracles ? Non, apprenez de moi l'humilité, « car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez le repos de vos âmes » (Matthieu 11, 29). L'humilité de Jésus était une humilité de cœur, pas de façade, elle n'était pas feinte, il ne faisait pas semblant. Il est parlé de Lui comme d'un roi humble : « Réjouis-toi avec transports, fille de Sion ; pousse des cris de joie, fille de Jérusalem ! Voici, ton roi vient à toi ; il est juste et ayant le salut, humble et monté sur un âne » (Zacharie 9, 9).

L'ange Lucifer a voulu s'élever, être semblable au Très-haut (Esaïe 14, 14). Mais Lui, le Christ Jésus, « étant en forme de Dieu, n'a pas regardé comme un objet à ravir d'être égal à Dieu, mais s'est anéanti lui-même ... s'est abaissé [ou humilié] lui-même, étant devenu obéissant jusqu'à la mort, et à la mort de la croix » (Philippiens 2, 6-8).

Souvent, nous ne trouvons pas le repos car nous visons trop haut. Paul nous avertit « de ne pas penser aux choses élevées mais de nous associer aux humbles » (humbles : personnes ou choses - Romains 12, 16).

Le même apôtre, prisonnier dans le Seigneur, exhorte les Ephésiens à « marcher d'une manière digne de l'appel dont ils avaient été appelés ». Comment ? « avec toute humilité » (Ephésiens 4, 1-2).

Dans le rassemblement des saints : « que rien ne se fasse par esprit de parti, ou par vaine gloire ; mais que dans l'humilité, l'un estime l'autre supérieur à lui-même » (Philippiens 2, 3).

Pierre, dans sa première épître, s'adresse aux jeunes gens et les exhorte à être soumis aux anciens : « et tous, les uns à l'égard des autres à être revêtus d'humilité » (1 Pierre 5, 5). Oui, l'humilité est une qualité de cœur qui nous convient à tous car : « Qu'as-tu, que tu n'aies pas reçu ? Et si tu l'as reçu, pourquoi te glorifies-tu, comme si tu ne l'avais pas reçu ? » (1 Corinthiens 4, 7).

L’Écriture nous dit : « Dieu résiste aux orgueilleux, mais il donne la grâce aux humbles » (Jacques 4, 6). L'humilité est la véritable puissance, car c'est elle qui ressemble le plus au caractère de l'Agneau.

Qu'il brille sur nos fronts, le divin caractère
Que ton Esprit grave sur tes enfants !

(Hymnes & Cantiques 62)

Pour être informé de la parution des nouveaux messages,

veuillez laisser ci-dessous votre adresse e-mail

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK