Je suis aumônier des prisons, à Arles (prison centrale quartier haute sécurité) et à Tarascon (centre de détention). De ce fait, je suis en contact avec beaucoup de misère. A Tarascon, après le repas de midi, disposant d'un peu de temps, je suis allé dans un grand supermarché, au rayon librairie. Je ne vous cache pas que je suis bien souvent attristé d'y voir un certain type de littérature : Comment trouver le bonheur ? Comment être libéré de tous ses problèmes ? Comment réussir sa vie ? Comment s'épanouir dans ce monde ? Et ainsi de suite.

Moi aussi, comme les autres, j'ai cherché le bonheur, le sens de l'existence, l'épanouissement, et je puis réellement vous dire que je l'ai trouvé. Il est tout à fait normal et légitime de désirer être heureux dans la vie, de réussir sa vie. Mais nous devons chercher le bonheur là où il se trouve ; beaucoup trop de gens le cherche là où il n'est pas.

Le bonheur, le vrai, ne se trouve pas en nous mais dans la personne du Seigneur Jésus-Christ.

Le seul vrai bonheur ne se trouve qu'en Dieu, et il est complètement gratuit, nous ne pouvons pas l’acquérir, nous devons le recevoir comme un don que Dieu veut librement donner à tout homme.

Dieu, dans la Bible, est appelé « Le Dieu bienheureux » (1 Timothée 1, 11). Ils sont nombreux les marchands de bonheur, ceux qui nous promettent que le bonheur se trouve en nous, au plus profond de nous, que nous devons cultiver notre intériorité, nous nourrir que de pensées positives, etc. Non, chers amis, le bonheur, le vrai, ne se trouve pas en nous mais dans la personne du Seigneur Jésus-Christ. Tous les autres soi-disant bonheurs ne sont que pour un temps, ils ne sauraient durer. La Bible parle « de jouir pour un temps des délices du péché » (Hébreux 11, 25).

Le Seigneur Jésus n'est pas un marchand de bonheur, mais il est Celui qui seul peut nous délivrer de notre « ego » ; car ce n'est qu'à cause de notre ego que nous ne pouvons pas trouver la paix et le bonheur tant désirés. Dans toute la liste des péchés des hommes des derniers jours, l’égoïsme est nommé le premier (2 Timothée 3, 2). Aussi longtemps que je fais de moi-même le centre de ma vie, ou que je me recherche moi-même, je ne pourrai jamais trouver la vraie joie, le vrai repos.

Mais si par une démarche de foi appuyée sur la Bible, je me tourne vers le Seigneur Jésus et que je lui confesse mes péchés dans la repentance, si vraiment je crois qu'Il n'est pas un marchand de bonheur, mais Celui qui sur la croix a porté mes péchés et les a expiés par son sacrifice, si Jésus devient par la foi le centre de mon être, alors et alors seulement je trouverai le vrai bonheur, la vraie joie, la vraie vie, une vie abondante . « Car auprès de lui est la source de la vie, en ta lumière nous verrons la lumière » (Psaumes 36, 9).

Il est normal de penser à soi, mais le bonheur consiste à s'oublier pour penser aussi aux autres. Jésus a vécu de cette manière, et Il nous enseigne à faire de même. C'est la seule façon de vivre qui en vaille vraiment la peine.

Chers amis, je ne vous connais pas, mais j'ai moi aussi ressenti cette insatisfaction profonde, le sentiment que ma vie ne servait à rien, que mes jours s'écoulaient sans vivre vraiment, je pense donc à vous et je vous encourage à cette démarche de foi, non pas la foi dans quelques gourous qui pullulent de nos jours, mais la foi dans Celui qui vous aime et ne désire qu'une chose : vous remplir de son amour.

« Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle » (Jean 3, 16).
 

« Celui qui croit en moi (dit Jésus) des fleuves d'eau vive couleront de son sein » (Jean 7, 38).

Elle est en toi la source du bonheur ;
En toi qui seul es amour et lumière.

Hymnes & Cantiques 69

Pour être informé de la parution des nouveaux messages,

vous pouvez laisser ci-dessous votre adresse e-mail

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK