Revenir au site

 

 

La maison de l’Éternel

 

 

Nous trouvons souvent dans les Psaumes, qu'ils soient de David ou des fils de Coré, un désir profond d'habiter dans la maison de Dieu, « d'habiter dans la demeure secrète du Très-haut, de loger à l'ombre du Tout-puissant » (Psaumes 91, 1).

« ​Combien sont aimables tes demeures, ô Éternel des armées ! (...) Le passereau même a trouvé une maison (...) Bienheureux ceux qui habitent dans ta maison ; ils te loueront sans cesse ! » (Psaumes 84, 1,3,4).

Un domicile céleste

Si le petit passereau « même » a trouvé une maison, combien plus nous-mêmes, qui avons été lavés dans le sang de l'Agneau, pouvons-nous déjà, par la foi, jouir de notre domicile céleste, « "le Home", l'attraction, la joie, la bénédiction du chez-soi en compagnie de celui qui sait y mettre le cœur parfaitement à l'aise » (G V Wigram).

Le résultat de cette habitation ? « Ils te loueront sans cesse ! ». Le psalmiste nous dit « Mieux vaut un jour dans tes parvis que mille ailleurs (version LSG). J'aimerais mieux me tenir sur le seuil dans la maison de mon Dieu, que de demeurer dans les tentes de la méchanceté ». (Psaumes 84, 10).

Voir sa beauté

Au Psaume 27, le psalmiste n'avait qu'un seul désir, il ne demande qu'une seule chose : « habiter dans la maison de l’Éternel tous les jours de sa vie ». Pourquoi ? « Pour voir la beauté de l’Éternel, et pour m'enquérir diligemment de lui dans son temple » (v. 4). « La beauté de l’Éternel », cela ne nous parle-t-il pas de Celui « qui est plus beau que les fils des hommes, Celui dont la grâce est répandue sur ses lèvres, Celui que Dieu a béni à toujours. » (Psaumes 45, 2) ? « Voici, tu es beau, mon bien-aimé, oui, tu es agréable ! » (Cantique des Cantiques 1, 16).

« C'est là que l'âme trouve, un parfait repos, un repos de Communion, dont elle jouit avec Dieu lui-même ; (…) comme dans un nid paisible » (H Rossier).

Dieu lui-même nous dit : « J'aurai les yeux sur les fidèles du pays, pour les faire habiter avec moi », mais aussi : « Celui qui pratique la fraude n'habitera pas au dedans de ma maison » (Psaumes 101, 6-7).

Pour de longs jours

Si, le plus grand désir pour un juif croyant était « d'habiter dans la maison de l’Éternel pour de longs jours », aujourd’hui, le chrétien a devant lui la « maison du Père », le lieu où Jésus se trouve, où Il est allé nous « préparer une place » (Jean 14, 3).

Par la foi, dès à présent, « une pleine liberté nous est donnée d’entrer dans les lieux saints » (Hébreux 10, 19) pour jouir profondément, par l’Esprit, de la communion avec le Père et le Fils. Mais nous attendons ce moment où s’accomplira la promesse du Seigneur Jésus : « je reviendrai, et je vous prendrai auprès de moi ; afin que là où moi je suis, vous, vous soyez aussi » (Jean 14, 3).

Durant l'éternité, dans nos corps glorifiés, nous serons enfin chez-nous, auprès de Lui.

« Amen ; viens, Seigneur Jésus ! » (Apocalypse 22, 20).

Votre frère Lionel.

Pour être informé de la parution des nouveaux messages,

veuillez laisser ci-dessous votre adresse e-mail

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK