Chaque jour, notre boîte aux lettres se remplit de journaux pleins de promesses et d'offres mirobolantes, qui, la plupart du temps, ne se réaliseront jamais : elles sont fallacieuses. On promet... mais cela est complètement faux. Il n'y a souvent, derrière ces offres, qu'un seul but : soutirer de l'argent en vendant quelque objet. Malheureusement, nombreuses sont les personnes qui se font séduire par ces offres alléchantes. Il est vrai que toutes ces publicités font appel à ce qu'il y a de plus intéressé en nous-mêmes : le désir de posséder, de faire « la bonne affaire », comme on dit, et, nous devons le confesser, il nous est arrivé à chacun de tomber dans ce piège.

Dieu, Lui, de son côté, nous a fait de véritables promesses. La première de toutes est « la promesse que Lui nous a promise, la VIE ÉTERNELLE » (1 Jean 2, 25).

Cette promesse est don de Dieu pour une humanité coupable. Nous ne saurions l'acquérir, elle est totalement gratuite. « Un homme ne pourra en aucune manière racheter son frère, ni donner à Dieu sa rançon (car précieux est le rachat de leur âme, et il faut qu'il y renonce à jamais) » (Psaumes 49, 7-8). Quelqu'un a dit : « Dieu est trop riche pour vendre le salut, et nous sommes trop pauvres pour l'acquérir ». Il nous faut le recevoir comme une grâce, comme un cadeau venant de Lui. « Vous avez reçu gratuitement » (Matthieu 10, 8). « Et qu'as-tu, que tu n'aies reçu ? » (1 Corinthiens 4, 7). « Car de sa plénitude nous tous, nous avons reçu, et grâce sur grâce » (Jean 1, 16).

Paul, dans sa lettre à Timothée, nous dit : « la piété est utile à toutes choses, ayant la promesse de la vie présente et de la vie qui est à venir » (1 Timothée 3, 8). Pour ce qui concerne la vie présente, Dieu notre Père se charge de tout. Il connait nos besoins, tes besoins, qu’ils soient d'ordre matériel ou spirituel et sa Parole nous encourage « à rejeter sur Lui tout notre souci, car il a soin de nous » (1 Pierre 5, 7). L'apôtre Paul dit aussi : « Mon Dieu suppléera à tous vos besoins selon ses richesses en gloire par le Christ Jésus » (Philippiens 4, 19). Quant à la vie à venir, « notre nom est écrit dans le livre de vie » (Apocalypse 20, 15). « Christ a porté nos péchés en son corps sur le bois » (1 Pierre 2, 24 – le bois = la croix). Mais toi, qui lis ce petit article, pose-toi vraiment la question : mon nom est-il écrit dans le livre de vie ? Possèdes-tu cette vie éternelle ? Tes péchés sont-ils pardonnés ? Effacés ? Es-tu « lavé dans le sang de l'Agneau » (Apocalypse 1, 5) ? Si tu ne possèdes pas encore cette vie éternelle, « que tardes-tu, lève- toi … et sois lavé de tes péchés, invoquant son Nom (Jésus) » (Actes 22, 16).

Arrêtons-nous ensemble un instant sur ce merveilleux verset. « Il nous a donné les très grandes et précieuses promesses afin que par elles vous participiez de la nature divine » (2 Pierre 1, 4). Combien elles sont grandes et précieuses ces promesses ! Devenir participant de la nature divine, comment cela peut-il se faire ? D'une façon très simple : un jour l'évangile m'est annoncé qui me dit que je suis un pécheur et que les pécheurs n'hériteront pas du royaume de Dieu, mais que Jésus-Christ est mort sur la croix pour mes péchés, qu'Il a pris ma place sous le jugement inflexible de Dieu, et, si je me repens en lui confessant mes péchés, « il est fidèle et juste pour me les pardonner et me purifier de toute iniquité » (1 Jean 1, 9). Ensuite vient la promesse : « en Lui (Jésus) vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l'Évangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis » (Éphésiens 1, 13).

La Bible, parole de Dieu, est un livre rempli de promesses. « Car autant il y a de promesses, en Lui (Jésus) est le oui et en Lui est l'amen, à la gloire de Dieu » (2 Corinthiens 1, 20).

Quelles sont ces très grandes et précieuses promesses ? « L'Esprit (Galates 3, 14), la vie (2 Timothée 1, 1), la relation avec Dieu (2 Corinthiens 7, 1), l'héritage éternel (Hébreux 9, 15), la venue de Christ (2 Pierre 3), la justice (Esaïe 46, 13) et bientôt la gloire. Par la possession de ces choses, nous participons à la nature divine, elles nous ont été données comme faisant partie de notre nouvel homme. Participer à la nature divine n'est pas ici être en Christ ou être enfant de Dieu, mais participer dans ce monde à la nature morale de Dieu » (Messager Evangélique 1912).

Seras-tu de ceux qui « par la foi et la patience, héritent des promesses » (Hébreux 6. 12) ?

Que le Seigneur Jésus conduise nos pieds dans le chemin de la paix (Luc 1, 79).

Pour être informé de la parution d'un nouveau message,
vous pouvez laisser ci-dessous votre adresse e-mail

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK