Jude, esclave de Jésus Christ, voulait dans son épître nous entretenir, nous qui sommes enfants de Dieu, de « notre commun salut » (Jude 3). Mais, face à l'erreur qui s'était introduite parmi les chrétiens, il dit : « je me suis trouvé dans la nécessité de vous écrire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été une fois enseignée aux saints » (Jude 3).

Le but de ce petit article n'est pas de créer la polémique mais, à notre tour, de mettre en avant la véritable doctrine du salut.

Tous les hommes seront-ils sauvés ?

Un pur mensonge continue de se répandre, appelé « l’universalisme chrétien ». Celui-ci veut faire croire que tous les hommes seront sauvés à la fin, et que Dieu est trop bon pour juger les hommes incrédules et les condamner « à l'étang de feu » (l'enfer - Apoc 20, 15). Il s'agit d'une doctrine complètement étrangère à la Parole de Dieu. Au contraire, la Bible enseigne clairement qu'il « est réservé aux hommes de mourir une fois, - et après cela le jugement » (Hébreux 9, 27).

Oui, sache bien cela, toi qui lis ce petit article et qui n'a pas encore accepté ce salut gratuit que Dieu, dans sa grâce immense, offre à celui qui vient à Lui dans la repentance et la foi. Sache-le bien, Dieu ne te prend pas en traître, il parle à ta conscience et te dit : « le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 6, 23).

Toutes les religions mènent-elles à Dieu ?

Il existe aussi « l'universalisme inter-religieux », qui malheureusement est couramment prêché. Cette fausse doctrine enseigne que toutes les religions mènent à Dieu, et qu'il n'est pas nécessaire, pour aller à Dieu, de passer par Jésus-Christ pour trouver le salut. Cela aussi est un pur mensonge. La Bible, la Parole de Dieu, nous enseigne qu'il y a un seul Dieu (pas plusieurs) et aussi un seul médiateur (pas deux) entre Dieu et les hommes : l'homme Christ Jésus, qui s'est donné lui-même en rançon pour tous (voir 1 Timothée 2, 5-6).

N'oublions pas la signification en hébreu du nom de Jésus : « Iéshoua », l'Eternel est salut. Nous voyons bien qu'il y a de nombreuses religions dans le monde qui prétendent servir Dieu, mais aucune d'elle ne peut, par leur culte, purifier la conscience. Seul le sang de Jésus qu'il a versé sur la croix de Golgotha peut purifier la conscience ; même les sacrifices de l'Ancien Testament, qui pourtant étaient voulus de Dieu, ne pouvaient pas « rendre parfait quant à la conscience celui qui rend le culte » (Hébreux 9, 9).

Dieu est-il en chacun de nous ?

Certains enseignent aussi que nous portons tous Dieu en nous. Il est vrai que nous sommes créés à l'image de Dieu : « Dieu dit : Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance » (Genèse 1, 26). Mais, à cause du péché, cette image est, pour reprendre l'expression d'un ancien frère, comme une lampe à huile dont le verre est très noirci par la fumée et ne laisse plus passer la lumière.

La race humaine, toute entière, est une race déchue. Elle a fait banqueroute. Cependant, par « la nouvelle naissance » (Jean 3, 7), reçue par la foi en Jésus, nous accédons à nouveau à une relation filiale et pleine d'amour avec Dieu, qui maintenant est notre Père, ce Dieu qui est « lumière » (1 Jean 1, 5) et qui fait de nous des « fils de la lumière » (1 Thessaloniciens 5, 5).

Prenons garde à la Parole de Dieu.

Une des raisons, pour laquelle ces doctrines émergent même dans certaines églises, vient du fait que la Bible n'est pas acceptée comme étant « la Parole de Dieu » (1 Thessaloniciens 2, 13). Certains disent qu'elle contient la Parole de Dieu, mais n'est pas sa Parole : grande erreur. Prenons garde. Satan est « celui qui séduit la terre habitée tout entière » (Apocalypse 12, 9). « Ne sois pas sage à tes propres yeux » dit Proverbes 3, 7.

Soyons dans la crainte de notre Dieu et Père et jouissons beaucoup de sa tendresse et de son amour en Jésus.

Pour être informé de la parution d'un nouveau message,
vous pouvez laisser ci-dessous votre adresse e-mail

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK